mercredi 1 janvier 2020

Ma résolution 2020 : je stoppe la fast-fashion !



Pffiiiiou. Ecrire cet article me fait tout bizarre, parce qu'il est le fruit d'une longue réflexion qui avait besoin d'être consolidée dans un post. Le genre de choses qu'on décide d'écrire quand ça y est, on se sent prêt-e à passer le cap et qu'on sent qu'il n'y a plus de retour en arrière. Exactement le même genre de cheminement m'ayant poussé à devenir végétarienne : un jour, j'ai compris que mes convictions me poussaient à changer mes pratiques et actions du quotidien. Alors, l'écrire ici me permet de le marquer noir sur blanc, un peu comme si je m'engageais encore plus en le partageant ainsi. Mais je n'ai pas tellement envie que cela s'apparente à une sorte d'injonction envers moi-même, car je suis en réalité très heureuse et fière de ce choix. C'est même pour ça que j'ai décidé d'en parler plus longuement par ici, un post Instagram n'aurait pas été suffisant. Voilà, c'est décidé : je fais le choix d'arrêter la fast-fashion.




Mais commençons par le commencement, n'est-ce pas ? Si vous suivez mes petites réflexions partagées sur Internet ces dernières années, vous savez que je suis très sensible au minimalisme et à tous les sujets qui s'en rapprochent (slow life, écologie, simplicité volontaire...). 

Il y a de ça quasiment 7 ans (!), j'ai découvert une partie de la blogosphère qui m'était alors inconnue et qui discutait beaucoup de surconsommation, du fait d'acheter de manière plus raisonnée ses vêtements (mais pas que) et surtout plus par besoin que par envie. Ca a été un véritable coup de foudre et j'ai assisté à l'émergence de ces sujets, avec une véritable volonté d'aller plus loin dans le consommer moins mais mieux en réfléchissant à la provenance de ses vêtements (autant au niveau des matières que des conditions de production). Les prises de conscience écologiques de ces dernières années ont sans aucun doute énormément poussé à réfléchir à ce qu'on achète et à comment on consomme. Cependant, je dois bien avouer que j'ai assez rapidement pris mes distances avec tout ce contenu en ligne car je ne m'y retrouvais plus tellement. Je trouvais que cela oscillait dangereusement entre une forte dépolitisation du sujet focalisant le changement au niveau individuel et une culpabilisation permanente qui n'encourageait pas tellement à voir plus loin que la course au bon point. Si cela vous intéresse, je parle plus longuement ici de ce qui a pu me déranger dans ce genre de démarches (qui, je suis sûre, ne partent jamais d'une mauvaise intention). Si ce sont ces questions politiques, économiques et sociétales qui vous intéressent, je vous encourage à le lire.* Ici, je vais plutôt parler d'une prise de conscience individuelle et de la démarche qui en découle.


Avant toute chose, je tiens à préciser que ce que j'explique est vraiment très personnel. Je ne cherche pas à juger qui que ce soit, ni même à faire la morale. Ce serait très hypocrite puisque j'explique moi-même avoir acheté dans des boutiques de fast-fashion. Voyez plutôt ce genre d'articles comme une manière de partager ce cheminement et d'en garder une trace pour m'aider (et peut-être vous aider si cela vous intéresse). J'en profite également pour dire que je ne suis pas parfaite et que ce n'est d'ailleurs pas tellement ce vers quoi je cherche à tendre.

Car au bout d'un moment, il est tout de même difficile de fermer les yeux et de relativiser beaucoup de choses dont on a conscience. J'ai lu, regardé des reportages et je connais suffisamment les chiffres pour savoir que l'industrie textile est incroyablement polluante notamment quand on parle de fast-fashion. Les fibres végétales sont produites de manière catastrophique quand elles ne sont pas remplacées par des fibres synthétiques qui ne font aucun bien à notre planète. Au-delà de ça, les conditions de travail dans ces usines sont absolument affreuses, indignes, et il est impossible de fermer les yeux : ces personnes sont exploitées, parfois même maltraitées tout simplement pour nous permettre de nous habiller selon les dernières tendances. Nous achetons donc des vêtements à des prix souvent dérisoires dont la qualité plus que douteuse en font des vêtements Kleenex qui ne tiennent même pas sur la durée. C'est un cercle vicieux fin qui n'est bénéfique pour personne.

Tous ces éléments là, je les connais... depuis des années même ! C'est ce qui m'a encouragé à revoir ma manière de consommer : en refrénant mes achats pour privilégier les pièces intemporelles qui durent dans le temps, en prenant le temps de lire les étiquettes pour faire attention à la composition de ce que j'achète, en vérifiant bien la coupe et la qualité d'un produit afin d'éviter les mauvaises surprises. Cependant, j'ai le sentiment de jouer un peu sur deux tableaux depuis quelques temps... En effet, même si je fais attention à ces éléments, il n'empêche que j'achète beaucoup dans des enseignes de fast-fashion puisque même ces marques peuvent proposer de la qualité (là où d'autres aux prix exorbitants sont clairement de la pure arnaque). Or, ces enseignes n'hésitent pas produire en masse, dans des conditions plus que douteuses et à, en plus de ça, faire du green-washing. Et là où j'arrivais avant à fermer les yeux en me persuadant que, de toute manière, je n'étais pas la pire des acheteuses, que ma consommation raisonnée permettait de compenser ces mauvais points, je n'arrive plus vraiment à être en phase avec cette logique. La situation est clairement beaucoup trop catastrophique pour qu'il me semble possible de continuer à les soutenir en m'habillant chez eux.

Ces derniers temps, j'y ai beaucoup pensé. A chaque fois que je m'achetais un vêtement dans ce genre de boutiques, je n'arrivais pas à être pleinement heureuse de mon achat car je culpabilisais énormément. Alors vous pourrez me dire qu'il est inutile de se flageller puisque ce n'est pas mon boycott à ma petite échelle qui va y changer grand chose et je vous rejoins totalement. Je vous rassure, ce n'est pas tellement ce que je recherche mais, puisque je n'arrive pas à ne pas culpabiliser, la solution la plus saine et rationnelle est de faire en sorte de changer ces habitudes de consommation. Tout comme lorsque j'ai décidé de devenir végétarienne. ;)

Cela fait quelques années que la mode éthique et responsable a pris un sacré tournant avec de plus en plus de choix et de styles disponibles. Et j'ai envie de profiter de ce tournant pour encourager les belles prises d'initiatives. Voici donc ce vers quoi je vais essayer de tendre cette année, afin d'améliorer ma consommation : 

- Tout d'abord, continuer de me satisfaire ce que j'ai : je tiens à le préciser car cela semble un peu obvious mais il est toujours bon de le rappeler. Je ne cherche pas à remplacer toute ma garde-robe d'un coup. J'ai des vêtements que j'aime beaucoup et qui sont toujours en excellent état je veux continuer de les porter et d'en prendre soin. Tant pis si c'est du Zara, du Mango ou que sais-je ! Ce que j'achète doit donc soit remplacer quelque chose soit satisfaire un besoin ou une envie de vêtement bien précise. Je suis vraiment attachée à ce point-là car je vois trop souvent des gens tellement surexcités par cet envie de changement qu'ils jettent/donnent tout sans se poser des questions sur leurs habitudes de consommation.

- Privilégier la seconde main (vintage, occasion, friperies) : cela fait bien longtemps que je n'ai pas mis un pied dans une friperie et je suis bien décidée à y retourner ! C'est super que cela redevienne à la mode (tout le monde y allait quand j'étais au lycée, en particulier les blogueuses) car cela permet de se rappeler qu'il y a des trésors cachés dans les rayons. J'ai également repéré de supers boutiques de seconde main sur Instagram, Vinted et Etsy et je les garde précieusement en tête pour les privilégier. Voir des personnes prendre le temps de chiner pour vendre des pépites me ravit et j'ai envie de soutenir cette forme de commerce. De plus, cette option est tout de même relativement économique (et très écologique). :) 

- Valoriser les marques éthiques et responsables et celles qui font de (vrais) efforts : pendant qu'on disserte sur le fait que les marques de fast-fashion détruisent la planète, certaines marques font de vrais efforts pour changer la donne avec de très belles initiatives ! Or, il me semble important de les soutenir financièrement si on en a la possibilité puisqu'elles proposent des alternatives durables et sérieuses face à des mastodontes qui n'ont clairement pas besoin de nous pour vivre ! Même si la composition d'un produit reste un critère majeur dans mes choix, je n'oublie pas que les lieux et conditions de production ne peuvent être ignorés. J'ai donc décidé d'acheter au maximum Made in France ou dans d'autres pays d'Europe et plus globalement, de m'intéresser de près aux conditions de fabrication (surtout si j'achète dans un pays éloigné dont je ne connais pas tellement la législation). Je vais également prendre le temps d'éplucher les engagements de certaines marques qui se disent éthiques afin de m'assurer de leur transparence et soucis de suivre leurs promesses. Ces choix sont souvent plus onéreux mais je compte bien guetter les soldes et aussi partir du principe que je suis dans une démarche d'acheter moins mais mieux afin de garder mes affaires plus longtemps. 

Cette résolution va être un sacré défi mais j'ai l'impression que tout tend à m'encourager vers cette voie-là donc je suis ravie de cette décision. Le temps des choix relativement réduits me semble sacrément révolu et j'ai envie de partager ce cheminement par ici. Par contre, je sais déjà que pour deux éléments (la lingerie et les maillots de bain), la mode éthique et responsable ne sera pas tellement possible car mon tour de poitrine m'empêche d'aller vers ces choix-là. Mais franchement, si ce n'est que ça... Ca ira ! 
Comme quand je suis devenue végétarienne, j'ai l'impression qu'il va également y avoir une phase de "pédagogie" afin d'expliquer à mon entourage que ce n'est ni un caprice ni une lubie et encore moins une posture mais une initiative sincère. Bien sûr, je ne vais pas bouder un vêtement qu'on m'offre même s'il vient d'une enseigne de fast-fashion... tout simplement parce que je ne trouve pas ça hyper poli et que les gens font dans la mesure de leur moyen. Mais c'est très rare qu'on m'offre des habits (et souvent ils correspondent tout à fait à mes goûts) puisque je dis souvent que je préfère ne pas trop accumuler et que les gens me connaissent bien.

Je sais, cet article était très long mais j'espère 
que vous comprendrez mieux cette décision ! 
Essayez-vous d'acheter le plus souvent des vêtements "éthiques" ?
Achetez-vous de la fast-fashion ?

Enregistrer un commentaire

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me laisser un commentaire !

Instagram